Le XXe siècle

Convoi de ravitaillement descendant la rue des châteaux au carrefour de la rue Mosty

Le premier cimetière belge de Rabosée (v.1920)

En ce début du XXe s., la région était en plein boum économique. Les mines (Trembleur, Cheratte, Jupille ou Queue-du-Bois) crachaient leur précieux charbon enrôlant un grand nombre d'hommes, de femmes et d'enfants du village dans des conditions rarement enviables. Heureusement, certains leurs viendront en aide comme le docteur Delfosse, devenu dans la mémoire locale, le médecin des pauvres.

Et puis vint ce mois d'août 1914, et le début de ce qu'on va appeler la "Grande Guerre", en fait une effroyable boucherie durant laquelle nos campagnes (comme trop souvent) furent en grande partie ravagées.

Soumagne, août 1914 - Arrivée des troupes allemandes

Les conséquences seront désastreuses pour la plupart des communes avoisinantes (Barchon, Blegny, Visé, Soumagne, Battice, Herve ...). Les massacres de civil, pillages et destructions en tout genre se répéteront à chaque fois.
Malgré des moyens dérisoires, l'armée belge tentera de s'opposer à la déferlante teutonne et le fait d'armes le plus remarquable de cette résistance en ce tout début de l'offensive allemande aura lieu à la limite de la commune. Il s'agit des combats de la campagne de Rabosée où une poignée de soldats belges bloqueront l'avancée de l'armée allemande pendant quelques heures, la forçant au repli vers Hermalle (voir "Les combats de Rabosée en 1914").

La caserne de Saive en construction (v.1939)

Les habitants de Saive auront la chance d'échapper au carnage des premiers mois de la guerre grâce au bourgmestre Henri Ancion et à sa connaissance de l'allemand. Il parviendra ainsi à dissuader les teutons de s'en prendre aux civils et évitera la déportation en Allemagne d'ouvriers de la commune. Il aidera aussi des prisonniers russes évadés.

Durant l'entre-deux guerres, suite à la reconstruction de la place fortifiée de Liège (ceinture de forts tout autour de la ville), le village accueillera une grande caserne à la Haute Saive. Les travaux débutés en 1939 ne s'achèveront qu'en 1951.