Le bourgmestre Henri Ancion
Les Gens de chez nous

Lorsque le village est investi par l'armée allemande en 1914, le bourgmestre et le curé Keulen sont convoqués au fort de Barchon par l'autorité militaire allemande.
En cours de route, ils croisent des renforts allemands. Des officiers qui commandent ces troupes les couvrent d'injures et d'accusations. Monsieur Ancion garde son calme puis après maintes insultes, il interrompt l'officier et lui récite le chapelet d'injures que celui-ci se préparait à lui débiter à nouveau. Ceci dans un allemand impeccable. L'officier stupéfait continua sa route.

Pendant l'occupation, le bourgmestre organise la "soupe populaire" et la "soupe scolaire". Par deux fois, il sera condamné par l'occupant notamment pour avoir falsifié des papiers administratifs afin d'éviter des déportations d'ouvriers et parce que la commune aidera des prisonniers russes évadés.

Au vu des atrocités infligées à la population civile par les envahisseurs allemands durant toute la guerre, on ne peut qu'être admiratif et reconnaissant envers ce grand monsieur qui osa leur tenir tête.

Sources :
Georges Abraham