PATRIMOINE

Rue du Frise vers la Haute-Saive. L'ancien pont du vicinal (vers 1960).

Les anciens bâtiments occupant l'emplacement de la future laiterie Delrez (avant 1940)

Le fortin du Frise
Dans la partie haute du chemin vers la Haute-Saive, se cache un ancien abri miliaire construit par l'armée belge peu avant la guerre de 1940-45. Il pourrait s'agir d'un poste relais pour le réseau téléphonique militaire enterré reliant les différents ouvrages de la ceinture fortifiée de Liège (CTF6 ou CTF7 ?).
Il est « intégré » aujourd'hui dans une propriété privée, le coût de démolition ne permettant pas sa destruction !

Le pont de l'ancien tram vicinal
Peu avant le croisement avec la rue du Grand Moulin, le chemin est enjambé par le dernier vestige (sur l'ancienne commune de Saive) du tram vicinal qui reliait Liège à Fouron-le-Comte via Dalhem. Restauré par son propriétaire actuel, Monsieur Spirlet, Il est le seul à encore être en place aujourd'hui.

L'ancienne laiterie Delrez
C'est à la fin des années 1930, qu'une laiterie viendra occuper la parcelle coincée entre le vicinal, la route du Grand Moulin et le chemin du Frise (A quelques centaines de mètres en amont de la laiterie Ruwet !).
Société coopérative, elle fut créée par Joseph Delrez, ancien ouvrier de chez Ruwet. Très active entre 1945 et 1960, elle comptera jusqu'à 40 ouvriers. Spécialisée dans le lait cru (marque « StanAlait »), elle produira également du lait en poudre pour le bétail (avec les surplus) et se lancera aussi dans les boissons lactées (cacao).
Dirigée ensuite par Monsieur Demanche, elle sera reprise par la société Interlait de Dison (1963/64) et cessera définitivement ses activités au début des années 1970. Ses locaux seront transformés par la suite en ateliers (fabrication de boites de conserve – INDUMET) puis en entrepôts avant l'implantation du magasin actuel.

Avant la laiterie, le site était occupé par une vieille ferme appartenant à la famille Gilson (Micheline). En contrebas de celle-ci et bâtie avant la construction du vicinal, une briqueterie alimentée par des carrières locales d'argile, fonctionnera jusque vers 1914.

Sources :
Georges Abraham, Promenade historique à Saive - Notes de Toponymie et d'Histoire, 2ème édition, Blegny-Mine, 1996
Communications de Pierrot Lallemand et Jean Neicken (2012)