Le vieux château
   Le site du vieux Château est à ce point exceptionnel que l' on peut supposer qu 'il fut occupé très tôt. Pour preuve, la présence d' un site préhistorique daté du néolithique non loin de là. En 1911 et fortuitement, fut découverte une sépulture mérovingienne dans un des fossés du château.
  Il faut pourtant attendre le XIIIe siècle pour trouver trace de l'existence du château dans un document écrit. (Charte de l'évêque de Liège, Jean d'Enghien - voir historique du village).
  Nous pouvons en déduire que la construction de celui-ci débuta sans doute un ou deux siècles auparavant, par l'érection du donjon suivi de la construction de la haute cour. La basse-cour et la ferme dateraient du XVe siècle au plus tôt.

   Cet ensemble, pur exemple de château médiéval traditionnel, avait une importance stratégique considérable car situé en territoire Liégeois face au duché de Limbourg. Il gardait la vallée de la Julienne et les routes environnantes. Sa position permettait un contrôle visuel très étendu.
  Sa construction sur un épi rocheux dominant toute la vallée garantissait sa défense. Son donjon, haute tour de 10m de côté sur 20m de hauteur hors toiture, lui donnait un aspect de forteresse imprenable. A leur base les murs ont une épaisseur de deux mètres.


Aspect supposé du château
au XIIIe s. - P.Depaepe

  A coté de celui-ci se trouvait une haute cour carrée. Une enceinte haute et renforcée de tours rondes, la ceinturait complètement.

Estampe de Bagelaar (1817), représentant probablement l'accès Est du château, d'après un dessin de Saftleven (XVIIe s.)



   L'histoire du vieux château de Saive se conjugue avec celle de la Principauté de Liège. Il dépendait comme sa seigneurie de la cour allodiale de Liège. Le premier seigneur connu fut Jean de Jupille (chanoine de St. Lambert et fondateur de la paroisse).


La haute cour encore ceinturée de ses murs
(Cliché exceptionnel de la fin du XIXe siècle)

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††Durant le XIVe s. la famille de Charneux lui succéda. Le premier de la lignée fut Gilles de Charneux (chevalier et signataire de la Paix de Fexhe en 1316). Ensuite viendront Frambach de Birgel (1416-1438),Arnold de Hoemen (1433-1451) et Adam de Harff (1451-1458).
   La famille de Ryckel racheta la seigneurie en 1458. A partir de cette époque, toute la région eut à souffrir de la guerre civile qui dévasta la Principauté. Jean de Ryckel se mit au service du sinistre Guillaume de La Marck dit "Le Sanglier des Ardennes".

Le perron - symbole de l'appartenance du château à la principauté de Liège
Celui-ci, pendant de longues années (fin du XVe s.), narguera le pouvoir des princes-évêques et mettra les campagnes à feu et à sang.
  Durant quelques temps son frère Everard de La Marck occupera le château redevenu forteresse de première importance (propriété de Adam de Clermont à l'époque). Il s'en servira comme camp retranché pour ses hordes de brigands jusqu'à ce que son frère soit pris et exécuté.
   Le prince-évêque Jean de Hornes, de retour à Liège en 1487 exigera sa destruction qui ne sera que partielle. Les troubles apaisés, Arnold de Clermont relèvera la seigneurie (1508) et la vendra à Josse Colloise (Qui est notamment connu pour avoir favorisé l'exploitation de la houille à Saivelette). Ses descendants, malgré des procès contre la possession de ce titre, demeureront seigneurs de Saive jusqu'en 1590.

Le château et ses remparts vers la fin du XIXe siècle

Le donjon vu de la cour vers 1890

Le château fin du XIXe s.
Le donjon possède encore son toit.
A son pied, un petit train qui longe la route du Grand Moulin. Il amenait les matériaux pour la construction des forts de Barchon et d'Evegnée entre 1880 et 1900. Il empruntait une voie militaire qui servira, en partie, d'assise au futur vicinal.
L'histoire n'est vraiment qu'un éternel recommencement. Le château féodal à peine devenu ruine que l'on en construit de nouveaux ...


Cliquez sur l'image
pour l'agrandir

Plus de photos de la voie militaire
sur les pages du vicinal.


Le site vers 1890.
(Remarquez la toiture du donjon prête à s'effondrer)

   En 1590 arrive Mathieu de Monsen. Personnage hors du commun, il sera poursuivi toute sa vie par des prétendants à la seigneurie dont Gérard de Fléron.
  On l'accusera d'avoir enlevé de force sa future épouse Anne de Wesemael (Dame de Tignée). Ses adversaires iront même jusqu'à faire proclamer son excommunication (ce dont ses sujet de Saive se ficheront éperdument à commencer par le curé de la paroisse). Il sera emprisonné dans les pires conditions à Maestricht avant de se voir restituer son château.
  Celui-ci sera réinvesti par son adversaire, Gérard de Fléron en 1614 et il faudra les troupes du prince-évêque pour l'en déloger.
  La forteresse saccagée devra être en partie reconstruite. (Nouvelles fenêtres, charpentes et quatre tourelles en brique aux angles du donjon).

   Et ce n'est pas tout. En 1622, Mathieu de Monsen doit fuir sa maison de Tignée, mortellement blessé par les partisans de Arnold de Fléron, fils de son défunt adversaire. Il doit se réfugier à nouveau au château où il finira sa vie reclus et protégé par les habitants du village en 1629.
  Son frère Denis, n'aura guère plus de chance que lui. Il sera assassiné en 1632. Le château et le village auront encore à subir en 1636 le passage de troupes françaises. mais le reste du XVIIe s. se déroulera dans une paix retrouvée.
   La famille de Monsen conservera le titre de seigneur de Saive jusqu'en 1692 et en profitera pour améliorer l'économie du village. Aimés des villageois, ils apporteront la prospérité. Le dernier Denis de Monsen, mort en 1670, est enterré dans le choeur de l'église de Saive sous une belle pierre tombale.

Le pied du château vers 1910

Le donjon et les bâtiments voisins du moulin Outers
(fin du XIXe siècle)

Le site peu avant 1914. Le vieux Moulin est toujours en activité.
   En 1692, la seigneurie de Saive sera vendue à Jean Ernest de Méan (chanoine de Saint Martin à Liège). Cette famille se fera construire un nouveau château (le château des comtes de Méan) à la Haute Saive et délaissera l'ancien (pourtant acquis par Pierre de Méan en 1729).
  Celui-ci cherchera pourtant à louer le vieux château. Une note de 1743 nous informe qu'il possédait encore une cuisine, une vaste salle, une chapelle, plusieurs chambres, une cour entourée de murailles et séparée de la ferme et deux jardins contigus. Mais il ne trouvera malheureusement pas d'acquéreur. Ainsi abandonné, il tombera peu à peu en ruine. La toiture du donjon s'écroulera au début du XXe siècle.
 

L' entrée vers la basse cour où arrivait le chemin venant
du centre du village. © IRPA-KIK - 1943

   Seule la ferme demeurera en activité jusqu'au départ de Monsieur Volders son dernier exploitant. (Dont on disait que son rire particulièrement sonore, causait à chaque fois la chute d' une pierre de la tour.)

   Ce beau vestige d' architecture militaire médiévale a été classé en 1971 grâce au dynamisme de l' asbl "Le Vieux-Saive".
  Il a été acquis en 1987 par M.et Mme Herrmann.
  Ces férus d' histoire ancienne ont entrepris depuis de restaurer l' ancienne ferme et ses dépendances patiemment et avec brio (et sans aucune aide publique !).

    En conclusion, pour reprendre le souhait émis par Marcel Otte (Auteur d' une étude de référence sur le château) dès 1971, il serait grand temps que l' on s' occupe de la conservation de ce précieux vestige, pièce maîtresse de notre patrimoine.

    Fin 2006, nos responsables politiques se sont enfin intéressé au devenir de notre vieux château. La volonté d' avancer semble être présente mais la tâche est immense. Croisons les doigts pour que le projet aboutisse.

    Entre temps, des bénévoles ont créé
l' ASBL "Les Compagnons du Vieux Château de Saive" qui s' est donné pour objectif la conservation ainsi que la promotion des ruines du vieux château et du patrimoine local.


La rampe d' accès vers la haute cour et le donjon (2002)

Le vieux château illuminé en décembre 2011

Suite au défrichage du rempart ouest entamé cet automne, ce versant du château retrouve peu à peu toute sa majesté.
(Merci à Cédric Baré et Ferdi Grigoletto pour les photos)

Si vous voulez soutenir l'ASBL "Les Compagnons du Vieux Château" retrouvez-nous
sur le blog officiel : http://www.vieuxchateau-saive.be
Ou prenez contact avec le secrétariat : info@vieuxchateau-saive.be
Vous pouvez également faire un don sur le compte de l'ASBL
au numéro : 860-1056911-78 (IBAN : BE69 8601 0569 1178 BIC : SPAABE22)
  Les ruines du vieux château
www.saive.be